Une histoire de choix...


Voilà quelque semaines, j'ai été contacté par Virginie Loÿ, du site Une chose par jour

Virginie est une femme qui revient de loin elle aussi.

Aujourd'hui, plus forte et plus riche de son expérience, elle s'engage auprès de femmes qui souffrent de violences conjugales.

Pour que son message ait encore plus d'impact, elle organise un évènement inter-blogueurs sur le thème du déclic.

LE déclic, ce moment où tu choisis de prendre un nouveau tournant dans ta vie, ce moment où, comme j'aime le dire, tu reprends le volant de ton bolide de vie.

Je n'ai pas hésité une seule seconde à participer à cet évènement, je suis complètement dans ma thématique et dans le message que je veux te faire passer chaque jour. Si tu connais un peu mon histoire, tu ne seras pas surprise !

En revanche, j'ai bloqué...oui.

Parce que des déclics dans ma vie j'en ai eu plusieurs, ou plutôt une accumulation de petites choses qui ont fait que j'ai repris ma vie en main petit à petit. Comme si je grandissais par paliers.

Alors, j'ai voulu réécrire un article qui relatent de tous ces moments dans ma vie...Oh bigre, c'était beaucoup trop long !

Alors, j'ai bloqué...mais pas abandonné !

J'ai proposé à Virginie cet article là, que j'avais écrit fin Aout.

Parce que ça a été le plus gros déclic de ma vie, le plus fort. Le choix le plus important de ma vie.

Je l'ai proposé à Virginie au feeling, prenant le risque que cela ne colle pas avec son projet.

Et...et bien, comme quoi il faut suivre son intuition, parce que cet article était "dans le mille" pour reprendre ses mots.

Alors voilà, aujourd'hui, je te le re-partage, avec l'espoir supplémentaire qu'en participant à cet évènement, il pourra toucher encore plus de femmes, leur montrer que c'est possible, leur rappeler qu'elles ne sont pas seules.


IMG_0036_cleaned.JPG

Cette photo, là, c'est moi...il y a 2 ans.

Le jour de mes 40 ans...7 kilos en moins, le visage creusé d'épuisement, les yeux qui peinent à sourire...

Oh que je n'aime pas cette photo !

Je suis tombée dessus en parcourant mon telephone.

Je ne l'aime pas, elle me fait mal, je ne me reconnais pas...remarque, à l'époque non plus je ne me reconnaissais pas.

Cela faisait même pas 3 mois que je m'étais "sauvée" de cette sale histoire, 3 mois seulement.

Quel chemin parcouru depuis !

Je reviens de loin, je le sais, je m'en rappelle. Je ne pensais pas que j'en serai là aujourd'hui: Heureuse, sereine, affirmée, pleine de projets et de d'assurance !

Je n'aime pas cette photo, clairement. Si j'ai pris la décision de te la montrer quand même, c'est parce qu'elle me rappelle ce que j'ai traversé.

Elle me rappelle pourquoi je suis là, pourquoi je t’écris chaque jour, elle me rappelle que c'est possible.

Quand je revois cette photo, je revois non seulement toutes les horreurs que j'ai entendues et subies, mais aussi ce choix que j'ai fait ce soir là. Ma grande hésitation : Continuer ou tout arrêter (fin de l'histoire) ?

Oui, je me suis posée cette question ce jour là.

J'avais l'impression d'avoir tout perdu, je ne me voyais pas d'avenir, pas de but. J'étais usée, fatiguée, vidée, rongée par la honte des humiliations subies, et pour couronner le tout, j'étais endettée jusqu'au cou.

Oui, j'avais l'impression d'avoir touché le fond.

Alors je me suis posée froidement cette question, et j'ai listé ce qui pouvait me retenir. J'ai cherché ce qui pouvait faire pencher la balance. Méthodiquement. Il n'y avait plus de place pour l'émotion. C'était un choix important.

Il y avait ma jolie maman, que j'ai vu se relever tant de fois d'épreuves douloureuses et qui a toujours fait de son mieux pour m'épargner le pire.

Mon petit papa, qui est mon papa de cœur (oui, nous nous sommes choisis), toujours présent et positif.

Mon petit frère aussi, autiste, il n'est pas autonome et ne le sera jamais...qui veillera sur lui dans quelques années ? Il ne comprendrait pas que sa sœur, sa louloute, a choisit un jour de l'abandonner, et puis... NON, je n'ai pas envie de l'abandonner !!!

STOP ! Mon choix était fait.

Finalement, il ne m'a pas fallut longtemps. Je n'avais pas tout perdu.

J'ai beaucoup, beaucoup pleuré ce soir là, je ne sais même pas si j'ai pu dormir. Mais, je sais que je me suis sentie profondément seule, une solitude immense, un gouffre...drôle de paradoxe, n'est-ce pas ?

C'est que j'ai pris conscience ce soir là que j'avais été la seule à faire ce choix et qu'il n'y avait que moi pour prendre cette décision.

Je crois que c'est ce jour là, que j'ai vraiment pris conscience de ce qu'être responsable de sa vie veut dire.

Alors, j'ai pu commencer à relever la tête vraiment. Je ne me suis pas cherché de but, non, c'était bien trop tôt ! J'allais juste savourer chaque jour que j'avais choisi de continuer à vivre.

Ensuite, j'ai choisi de vivre sereinement et de ne plus jamais revivre ce que j'avais vécu ; Plus jamais de relations toxiques, plus jamais de dépendance affective, plus jamais je ne me laisserai manquer de respect.

Je ne laisserai plus personne décider de ma vie.

J'ai fait un travail énorme sur moi.

Et puis, j'ai choisi de voir la vie comme une expérience, comme un jeu. Alors, je n'ai plus eu peur de déplaire, je n'ai plus eu peur d'être seule, abandonnée ou rejetée.

Et puis un jour on s’en fout, et ça fait du bien !
— Je n'en connais pas l'auteur...

J'ai appris à ne plus perdre mon temps dans des situations ou avec des gens avec qui je ne me sens pas bien.

J'ai appris pas à pas à me créer la vie que je voulais vivre, et c'est ce que je continues de faire chaque jour encore.

Je suis devenue la réalisatrice et l'actrice de ma vie, l'artiste devant sa toile qui choisit ses formes et ses couleurs...

Bref, tu vois, tout est parti d'un choix, et tout a continué par des choix.

Des choix que je fais chaque jour, chaque instant, en fonction de qui je suis profondément, en fonction de mes valeurs. Je ne te dis pas que c'est facile, mais tout comme toi, je n'ai pas fait que des choses faciles dans ma vie, et surtout, je ne veux plus "subir" !

Je suis fière de ce chemin parcouru, de tout ce que j'ai fait pour en arriver là.

J'y suis allée pas à pas, l'un après l'autre, un choix après l'autre.

Il m'a fallut un certain temps et quelques parpaings dans la figure, certes, mais j'y suis arrivée.

Si je te raconte tout ça aujourd'hui, ce n'est pas pour me glorifier, c'est juste pour te montrer que tu peux le faire toi aussi, si tu le décides.

Peu importe où tu en es, même si tu penses que tu as touché le fond, tu peux toi aussi choisir de te relever, ré-apprendre à marcher, et à marcher la tête haute.

Je ne te dis pas que c'est facile, je te dis juste que c'est possible...mais tout part de toi, toujours.

Puisse ces mots t'accompagner pour ton 1er pas, ton 1er choix.

Nora D

Coach en développement personnel, mais femme avant tout, j'accompagne les femmes sensibles, libres et intuitives, qui ne rentrent dans aucune case. Des femmes qui me ressemblent.

Suit Yourself ! c'est un espace pour toutes les femmes déterminées à reprendre leur vie en main.

Un lieu où je fais de mon mieux pour t'apporter de la valeur, que tu puisses pas à pas apprendre à mieux te connaitre, t'aimer, t'accepter et te faire confiance.

La confiance en soi et la relance d'une dynamique positive qui passe par l'action, sont les principaux leviers sur lesquels j'interviens.