Besoin de calme...L'instant présent

Calme-silence-serenite-paix-inspiration.png

Trop d'agitation, besoin de calme !

Beaucoup d'effervescence ces derniers temps, beaucoup de nouvelles choses dans ma vie, d'agitation. Je n'y vois plus très clair, j'ai besoin de calme. Beaucoup de bruit aussi, dans la rue, au bureau, à la maison, j'ai besoin de silence.

Autour de moi, mais aussi en moi, dans ma tête, m’éloigner de toute source d'information et de stimulation. Quelle qu'elles soient. Il m'est important ce silence intérieur, ce calme. Il me permet de me recentrer, me concentrer, mais aussi de laisser mûrir et intégrer les informations collectées au gré de mes recherches.

Je laisse le temps à mon cerveau de les intégrer et de les ranger dans les bonnes "cases". Il travaille très bien tout seul. Enfin, c'est plutôt l'inconscient qui travaille.

Souvent, nous ne le laissons pas assez faire. Nous voulons tout contrôler, tout ranger, tout classer nous même, mais notre cerveau le fait bien mieux que nous. Il saura, lui, naturellement quelles informations correspondent à quelles situations. Le cerveau fonctionne par association, il fera donc les liens nécessaires, et c'est alors que les solutions, ou les idées,  sembleront apparaître "comme par magie" ! C'est quand même bien fait non ? Il faut juste lui laisser un peu de temps.

j'en ai plein la tête !

Aujourd'hui, je sens que je sature et qu'il n'y a plus de place pour d'autres infos. Comment je sais que je sature ? Je tourne en rond. Je regarde sans arrêt les mêmes sources d'informations, je n'ai plus de nouvelles idées ou alors c'est très confus. Je deviens légèrement irritable.

Et dans mon quotidien c'est la même chose: je ne sais plus par quoi commencer, je me laisse déborder par ce qui, en temps normal n'est que broutille. J'ai comme l'impression d'être envahie, d'étouffer. Ce sont "mes signes" qu'il est temps de faire une pause. Quelques jours, un jour ou deux, parfois une semaine ou deux. Plus je m'y prend tôt, plus rapide pourra être la pause. Mais je sais qu'une heure ou deux ce ne sera pas suffisant. Pendant cette pause, je ne mets pas tout le monde dehors pour m'enfermer dans un caisson, on est bien d'accord, la vie continue !

Je laisse faire le silence et le calme...

Je ne lis ou n'écoute plus aucune chose sur le sujet sur lequel je travaille. Je fais au mieux pour que mon cerveau n'ai plus de nouvelles informations à traiter, qu'il soit en mode "présent" au maximum. L'instant présent est un vaste sujet, passionnant, que je ne développerai pas ici, ou si peu.

La sensation de l'instant présent est juste puissante. Elle te fait apprécier chaque petite chose de la vie (tu n'es pas dans l'extase non plus hein!). Peu importe la période que tu traverses alors, tu es en paix, profondément. Tu es paisible, présent à ce qui se passe autour de toi et en toi, présent à tes émotions. Même dans la colère ou la tristesse, tu n'es plus ton émotion, tu l'observes.

Étonnamment, tes réponses, tes idées sont plus pertinentes, le ton que tu emploies est alors plus posé, tes réactions plus adaptées. Tu te sens pleinement en possession de tout tes moyens, tout en restant actif. Tu es calme. Cet état de conscience se travaille, il s'apprend et se développe. Le plus simple et le plus rapide pour commencer, c'est le contact avec le corps.

Être juste en contact avec ton corps 

Pourquoi ? Parce que le corps, lui, il est maintenant. Euh...c'est à dire ?

Ok, dis comme ça, c'est bizarre, je vais tenter de développer: Ton corps ne peut pas se balader dans l'espace temps comme tes pensées qui, elles, se souviennent ou se projettent. Tes pensées sont sans limites, elles sont dans le passé, dans le futur, de temps en temps dans l'instant présent. Ton corps lui, à ce niveau là, il est limité, il n'a pas le choix que d'être là le bougre. Il est là, ici, maintenant. Il est toujours dans l'instant présent...tu vois mieux ce que je veux dire ?

C'est pour cela que ramener nos pensées à une ou des sensations corporelles, nous ramène dans le présent.

C'est ce que l'on appelle le recentrage

En bref, on ramène notre cerveau ici et maintenant, parce que c'est là qu'est notre corps. Par contre, il faut absolument et impérativement le faire sans jugement, sans analyse, sans interprétation. Juste sentir le contact d'un vêtement sur ta peau, l'air qui caresse, réchauffe, rafraîchit ton visage. Un bijou, le poids de tes pieds au sol, une mèche de cheveux, ta position, cela peut être, ta respiration, juste l'observer... juste constater, et te rendre plus confortable si c'est mieux pour toi. Rien d'autre. Tu n'as même pas besoin de les nommer ces sensations (ça, c'est un autre travail ;)), juste les sentir.

Vas-y, fais-le maintenant, teste juste pour voir, ça dure quelques secondes, pas plus...

Arrêtes de négocier, tu peux très bien le faire là, maintenant, tout de suite pendant que tu lis ces lignes.

Alors?

Vas-y fais le encore...

Ok Ok, j'arrêtes !!

Tu vois, c'est simple. Ici, toute la difficulté est de le mettre en place et d'y penser. Dans le tumulte de notre quotidien, notre tête, nos pensées sont happées de tous côtés. Tellement de choses à gérer, ne pas oublier, on a autre-chose-à-faire-que-penser-à-respirer...Nan mais ho !!

Des petits rappels

Alors voici les "trucs" que je met en place, ce sont de simples rappels: une croix dans la main, des petites gommettes par-ci, par-là, quelques post-it dans mon agenda sur lesquelles je note "Respire", bref tout ce qui est discret, tout en étant visuellement accessible pour que, dès que je les vois, je le fais, je respire. Je me concentre sur mon inspiration surtout, je suis attentive à l'ouverture de ma cage thoracique et mon dos qui alors se détend, ou pas, peu importe. J'aime bien aussi sentir le contact de mes pieds au sol.

Dès que je vois mon rappel, je le fais, tout de suite, je respire, relâche mes épaules, mon front ou mes pieds, aucune importance. Je le fais, c'est tout.

Toi aussi tu peux le faire, n'importe où, devant n'importe qui et dans n'importe quelle position (et oui tu respires même en serrant la main de ton collègue ou en te rongeant les ongles). Il ne s'agit pas de s'attarder 2 minutes dessus, juste quelques secondes...d'ailleurs, fais le maintenant, tiens !

Ce sont comme de brefs aller-retour de ta conscience entre ton corps et la situation extérieure, tu vois le truc ? Tu deviens conscient de ce que tu ressens, de ton corps. Ça va vite et te recentre instantanément. Plus tu le fais et plus tu apprivoises cette technique, et plus tu es conscient.Tu peux alors te recadrer si besoin, changer de position si tu étais mal assis(e), etc. Tu peux reprendre le cours d'une conversation si tu te laisses déborder par ton interlocuteur. Tu peux même juste apprécier pleinement un moment de joie partagé. Tu reprends les rênes de toi-même en fait, et tu vis en conscience !

Aaaah, vivre en conscience, voilà encore un vaste sujet...

Et toi, quels sont "tes signes" quand il est temps de dire STOP et mettre ton cerveau au calme ? As-tu l'habitude de te recentrer ? Comment fais-tu ? Partage avec nous :)

Nora D

Coach en développement personnel, mais femme avant tout, j'accompagne les femmes sensibles, libres et intuitives, qui ne rentrent dans aucune case. Des femmes qui me ressemblent.

Suit Yourself ! c'est un espace pour toutes les femmes déterminées à reprendre leur vie en main.

Un lieu où je fais de mon mieux pour t'apporter de la valeur, que tu puisses pas à pas apprendre à mieux te connaitre, t'aimer, t'accepter et te faire confiance.

La confiance en soi et la relance d'une dynamique positive qui passe par l'action, sont les principaux leviers sur lesquels j'interviens.