Moments "down" ou besoin de lâcher prise ?

Lacher-prise.png

A-t-on le droit d'être triste, à plat, "down" comme disent certains ?

Cette question m'est venue en tête suite à une conversation ce matin. La personne n'allait pas très bien, pas de motivation à part pour ne rien faire. Elle expliquait comment elle luttait pour réussir à faire le programme qu'elle s'était fixé. Elle nous parlait, mais on avait plutôt l'impression que c'était un monologue avec elle-même. On sentait une vraie culpabilité, et que d'auto-flagellation !! Je me demande si elle aurait pu s'adresser à une autre personne de la même façon qu'elle s'adressait à elle-même. Je ne pense pas qu'elle aurait utilisé ces mots là ou ce ton aussi dur. Alors pourquoi autant de dureté envers soi-même ?

Autour d'elle, les 3 personnes que nous étions à l'écouter, personne ne la jugeait. Nous étions même plutôt rassurant et bienveillant. Un peu du genre "C'est un jour sans, vas-y tranquillou aujourd'hui". Nous lui avons même proposé de l'aider dans ses tâches. Mais elle a refusé. Je crois que ce n'était pas tant les tâches à réaliser qui lui posaient problème que le fait de se sentir "down". Nous la regardions se débattre, sans pouvoir rien faire. Nous savions tous que ce sont des choses qui arrivent, nous passons tous par ces moments. Alors pourquoi est-ce si dur pour nous-même de l'accepter et de lâcher prise ? 

Parfois oui, parfois non...

Dans ce cadre là, il y a quelques temps, j'étais comme ça moi aussi. Mais comme ce cadre m'est devenu familier, voire même routinier, je ne cherche plus à lutter. Si c'est un jour sans, alors je le respecte. Je fais le minimum "vital" et reporte le reste. C'est mon corps ou ma tête, que sais-je, qui dit STOP, alors je dis "ok", et je lève le pied.

Je sais aussi que lorsqu'il s'agit de tâches qui sont hors de ma zone de confort, ce n'est plus la même histoire. Cette espèce de sourde pression, de culpabilité latente refait surface et me plombe sournoisement. En quoi est-ce un problème d'être un peu triste, ou un peu molle/mou, ou même juste fatigué(e), en panne d'inspiration ? Doit-on toujours être au top de nos performances ?

Laisser la porte s'ouvrir...

Et pourtant, c'est dans ces moments-là, quand on accepte que "non, aujourd'hui on ne fera rien de ce qu'on avait écrit sur notre To-Do liste", quand finalement on lâche prise sur la situation, que l'on peut découvrir d'autres choses. C'est comme si on laissait une porte ouverte. Pour moi, c'est souvent dans ces moments là que je vais avoir de l'inspiration, ou bien trouver la solution à un problème sur lequel je tournait en rond depuis quelques temps. C'est souvent dans ces moments de lâcher prise que je vais faire des rencontres complètement inattendues et très enrichissantes ou bien juste que je vais savourer l'instant.

Comme un déclic, l'acceptation de ne pas être efficace sur ce que j'avais prévu, va me faire vivre et apprécier l'instant présent, juste le fait d'Etre, sans chercher à contrôler quoi que ce soit, juste laisser couler. Ça me fait du bien et me ressource.

En fait, ces moments "un peu moins" n'en sont pas, on devrait les accepter aussi, parce qu'ils font parti de nous et de notre fonctionnement. Notre cerveau et/ou notre corps disent STOP, ce n'est pas pour rien, et ce n'est pas être moins "performant". C'est aussi commencer à apprendre à nous écouter et à respecter notre rythme...

Et toi, comment vis-tu tes moments un peu "flagadas" ? Est-ce que tu arrives à "lâcher" parfois ?

Nora D

Coach en développement personnel, mais femme avant tout, j'accompagne les femmes sensibles, libres et intuitives, qui ne rentrent dans aucune case. Des femmes qui me ressemblent.

Suit Yourself ! c'est un espace pour toutes les femmes déterminées à reprendre leur vie en main.

Un lieu où je fais de mon mieux pour t'apporter de la valeur, que tu puisses pas à pas apprendre à mieux te connaitre, t'aimer, t'accepter et te faire confiance.

La confiance en soi et la relance d'une dynamique positive qui passe par l'action, sont les principaux leviers sur lesquels j'interviens.